Quelles plantes choisir pour entretenir une piscine naturelle ?

Les plantes d'une piscine écologique

La piscine naturelle offre une belle opportunité d’allier respect de la nature à une baignade à la fois agréable et demandant peu d’entretien. Le choix des plantes est primordial pour assurer le bon fonctionnement d’une piscine naturelle, car en effet les plantes aident à la régénération et à l’épuration de l’eau, pour une baignade en toute quiétude.

Les plantes épuratives

Il est impératif d’introduire deux types de plantes aquatiques à votre bassin, les plantes épuratives et les plantes oxygénantes. Les plantes décoratives sont facultatives, même si elles contribuent à un aspect agréable du bassin.

Situées dans la zone d’épuration du bassin, elles permettent d’expulser les substances toxiques de l’eau. Grâce à un système de bactéries incluses dans les racines, ces plantes purifient l’eau à proximité.

L’écosystème est maintenu avec l’aide de ces bactéries, qui vont utiliser les déchets organiques pour les transformer en composants nutritifs et ainsi équilibrer correctement l’écosystème. Ainsi, ces plantes vont aider à l’élimination de substances de l’azote, du phosphate (qui entraîne les algues) ou encore l’ammonium présents dans la piscine.

Ne pas oublier que la majorité des plantes ont une fonction épuratrice, mais certaines seront plus adaptées à la piscine naturelle.

Les espèces de plantes épuratives

  • La Jacinthe d’eau ou Alisma, qui en plus de ses fonctions épuratives peuvent être un choix esthétique. Cette plante est parfaite pour absorber l’oxygène au détriment des plantes indigènes, des animaux et amphibiens.
  • La Menthe aquatique, dont il faudra surveiller la multiplication, sous peine qu’elle envahisse tout le bassin, mais qui en revanche y apportera une note de fraîcheur.
  • Les Phragmites, (mais aussi de grands roseaux comme Typha gracilis ou latifolia ), qui sont particulièrement conseillés pour dissimuler les abords de la piscine.
  • Le Glyceria maxima, excellente plante épurative et aussi très utile à la consolidation des berges, elle pousse rapidement et peut parvenir à un mètre de hauteur.
  • L’iris pseudacorus, qui peut apporter une touche à la fois esthétique avec des feuilles vertes et de grandes fleurs jaune vif. Cette plante est parfaite car elle peut rester sous l’eau à 30 cm de profondeur.
  • Le Schoenoplectus lacustris, une plante solide constituée de longues tiges vert foncé. Pour les climats ensoleillés il constitue une végétation adaptée à la bordure du bassin.

Les plantes oxygénantes

La lagune a besoin de cette flore pour sa régénération. Elles assurent la vie dans le bassin, car une piscine naturelle abrite des micro-organismes ainsi qu’une faune. L’eau doit être alimentée en oxygène, et les végétaux remplissent cette fonction, transformant les déchets en minéraux. Elles se développent rapidement et contribuent aussi à l’élimination des algues. Elles présentent notamment une bonne protection pour la faune aquatique.

Grâce à ces plantes, l’eau du bassin peut rester clair et limpide. La qualité de l’eau est un facteur important pour maintenir les plantes oxygénantes, ainsi que la température (de 12 à 24 degrés) et une luminosité suffisante.

Les espèces de plantes oxygénantes

Il existe deux espèces de plantes oxygénantes, les immergées, (plongées entièrement dans l’eau) et les flottantes qui, comme leur nom l’indique, restent à la surface de l’eau.

  • L’Hippuris Vulgaris (immergée), a la forme d’un petit pin, est facile d’installation et clarifie l’eau efficacement. Elle est généralement placée en bord de lagune. Elle est esthétiquement très intéressante.
  • L’Hottonia Palustris, (immergée) qui s’adapte aussi bien à l’eau qu’à la vie terrestre. Installation plus difficile mais elle peut pousser avec très peu de lumière.
  • La Vallisneria gigantea, (immergée), plante à haut pouvoir oxygénant.
  • Le Potamogeton natas, (flottante), adaptée aux zones tempérées et aux eaux stagnantes, et accompagne avec harmonie les nénuphars. Cette plante a une tolérance écologique très large, donc peut survivre à un milieu rude.

Les plantes décoratives

Les plantes décoratives n’ont pas pour fonction de maintenir l’écosystème du bassin mais plutôt son esthétisme. De la sorte, nénuphar, papyrus et autres lotus peuvent s’avérer agréable au regard, apportant une touche de fraîcheur au bassin.

Les plantes à éviter

Pour terminer, il existe bien entendu des plantes qui ne peuvent être insérées dans une lagune, sous peine qu’elles envahissent le bassin et « volent » l’oxygène des autres végétaux.

Les espèces de Zizanie aquatique, Carex riparia, les Rhizomes, car leur extension à l’horizontale peut poser un problème d’espace et encombrer les autres plantes, cela ne contribuant pas à la bonne circulation de l’eau dans le bassin.

Attention, pendant la saison, il est conseillé d’éliminer régulièrement les plantes et feuilles mortes du bassin et en automne couper toutes les plantes 2-3 cm au dessus du niveau d’eau. Les parois doivent être ponctuellement brossés pour se protéger de l’apparition d’un film vert, terrain parfait pour la prolifération de l’azote, ce qui n’est pas indiqué car cela attire des algues préjudiciables. Concernant les algues, on peut en revanche ajouter de la phosphorite ou des bactéries à l’eau de la piscine naturelle. A retenir également : la température du bassin ne doit pas dépasser les 24 degrés car au-delà, des bactéries nocives peuvent apparaître et rompre l’éosystème du bassin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *