Bactéries et animaux dans les piscines naturelles

La faune des piscine naturelles

Autant que la flore, la faune est importante pour le maintien et l’équilibre de l’écosystème d’une piscine naturelle. Cet écosystème, qui forme un ensemble (plantes, animaux, insectes) se nomme la biocénose. En fait, quand on crée une piscine naturelle, on reproduit un écosystème. Les bactéries, organismes vivants et animaux participent par conséquent à l’épuration, la régénération de l’eau et facilitent l’entretien du bassin. Mais attention, il y a certaines précautions à prendre. La piscine naturelle participe à l’environnement alentour, car elle favorise la biodiversité : il faudra donc choisir la faune en fonction du lieu où vous l’implantez.

Les bactéries

Des bactéries vont se développer au niveau des racines des plantes qui constituent le bassin. Très utiles, elles ont un rôle d’épuration indispensable et transforment les déchets organiques en nutriments essentiels pour les plantes peuplant le bassin. Dans le cas où l’on observe une eau peu limpide ou trop chaude, des solutions adaptées existent dans les commerces.

Si l’eau est trop chaude, c’est-à-dire au-dessus de 24 degrés, des bactéries nocives vont se développer. Il est donc impératif d’assurer une température adéquate. L’installation de gravier, de billes d’argile ou de pouzzolane, sur lesquels les bactéries vont se fixer, va favoriser le processus de biodégradation des matériaux organiques.

Les animaux et insectes

Les insectes

La piscine bio est peuplée d’animaux de toute sorte, et les insectes sont de première nécessité pour le bassin. D’abord parce que ceux-ci font partie de l’écosystème à part entière, ensuite parce qu’eux aussi ont un rôle à jouer. Parmi ces insectes nous pourront trouver les gerris ou punaises d’eau, (qui chassent les moustiques), les libellules, les mantes religieuses…

Les moustiques, quant à eux, doivent être bannis du bassin. Ces insectes prolifèrent en eau stagnante, et pire que tout ils attirent d’autres prédateurs néfastes. Normalement, l’eau du bassin circulant sans arrêt, les moustiques ne devraient pas affluer. Dans une piscine correctement entretenue, le moustique ne vient pas pondre, et il suffit de filtrer l’eau (éliminer surtout les feuilles mortes stagnantes) pour éliminer rapidement l’envahisseur.

Les crustacés

Daphnies, aselles, crevettes d’eau douces… Les crustacés sont les amis de la piscine naturelle et font partie eux aussi de ce généreux et bel ensemble.

Les daphnies aident à l’autoépuration de l’eau car elles régulent le cycle du nitrate et du phosphate. Elles ont aussi un rôle essentiel de régulateur efficace du phytoplancton, et en outre sont une source d’alimentation pour de nombreuses espèces aquatiques. Elles contribuent au mélange de l’oxygène dans l’eau et aussi au mélange des couches de salinité, faisant baisser le risque de naissance d’eaux mortes.

Les aselles sont de bons nettoyeurs des débris végétaux, qu’elles digèrent et transforment en nutriments : les micro-mouvements qu’elles font parmi les débris contribuent efficacement au mélange des couches d’eau et des nutriments. Les crevettes, quant à elles, assimilent et repoussent les parasites.

Les crevettes d’eau douce / les grenouilles

Elles aussi assurent le brassage et une correcte épuration de l’eau. De plus elles apportent une belle touche esthétique. Le rôle qu’elles jouent dans l’équilibre de l’écosystème est tel qu’elles ne doivent pas être éliminées du bassin. Les amphibiens éloignent les insectes nuisibles, dont ils se nourrissent. D’ailleurs leur existence autour du bassin prouve que l’écosystème créé fonctionne correctement. Il faut savoir que les grenouilles se trouveront rarement dans la zone de baignade, puisqu’elles sont sensibles au bruit et au dérangement et préfèrent le calme.

Les animaux bannis du bassin

Comme mentionné plus haut, les moustiques ne sont pas les bienvenus, puisqu’ils peuvent piquer et proliférer très rapidement, cependant si la piscine naturelle est bien entretenue, ces vilains importuns ne viendront pas.

Certains poissons, notamment la carpe Koï pourtant si esthétique, ne peuvent cohabiter avec les autres espèces dans le bassin. En effet, ce poisson détruit la végétation vitale au bon fonctionnement de l’écosystème, car il a un appétit vorace.

De même, les poissons rouges en général abiment les végétaux environnants, provoquent un déséquilibre de l’eau qui peut devenir alors trouble, favorisent l’apparition d’algues nocives et surtout se reproduisent trop rapidement. Ces poissons vont générer des déchets que la flore ne pourra recycler. Les canards et autres oiseaux sont également déconseillés car ils mangent les plantes.

Si vous aimez les poissons, vous pouvez insérer un seul exemplaire de chaque espèce afin que l’accouplement soit impossible. Les espèces pouvant être privilégiées sont l’Ide Mélanote, qui est un excellent chasseur d’insecte, et les voiles de Chine, qui n’ont certes aucune utilité mais contribuent à la beauté du bassin.

Ne pas oublier que la faune va s’installer naturellement dans la piscine et qu’il faut simplement surveiller et filtrer l’eau comme avec n’importe quelle autre piscine. Si vous êtes apeurés par les petits animaux qui habiteront le bassin, il vaut alors mieux s’abstenir d’installer une piscine naturelle. Un entretien vigoureux et une observation minutieuse de la qualité de l’eau favorisent la présence des bonnes bactéries !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *