Piscine naturelle : les différents procédés de filtration d’eau

Système de filtration pour piscine

Une piscine naturelle, ou piscine biologique, est exempte de produits chimiques. Elle s’appuie sur les divers minéraux, plantes et substrats pour purifier l’eau. À l’inverse des piscines que l’on rencontre dans la plupart des espaces résidentiels, le jardin aquatique s’appuie en effet sur une circulation de l’eau au travers de multiples végétaux servant de filtres. Voici quelques explications sur les techniques utilisées.

Comment fonctionne la filtration d’une piscine écologique ?

Il est possible de bénéficier d’une piscine 100% naturelle grâce à un système d’épuration et de filtration biologique et mécanique. Le principe de la filtration biologique s’appuie sur l’écosystème aquatique. Les plantes et organismes vivants viennent remplacer les produits chimiques servant à traiter l’eau.

Pour être bien épurée, l’eau doit être en mouvement en permanence, en circulant entre les zones d’épuration et d’oxygénation. La première zone, également nommée bassin de filtration, supprime les bactéries et autres éléments toxiques afin de purifier l’eau. La zone de régénération intervient quant à elle au bout du procédé de filtration, et vise à oxygéner l’eau pour garantir l’équilibre du bassin.

Les différentes techniques de filtration d’eau

Outre les méthodes 100% biologiques, la filtration d’une piscine naturelle s’appuie sur divers équipements mécaniques. L’alliance des deux procédés permet d’assurer une stabilité de l’écosystème du bassin.

Les équipements de préfiltration mécanique

Au contact de son milieu et au cours des baignades, l’eau d’une piscine s’encombre de différents polluants : cheveux, feuilles, poils, bactéries, poussières, etc. Des appareils de préfiltration mécanique, dédiés aux piscines écologiques, viennent éliminer les particules les plus importantes.

Le préfiltre multichambre, par exemple, désigne des bacs captant les divers polluants. Il est possible d’y ajouter une grille, capable de filtrer des particules allant de 200 à 300 microns, ou une colonne de décantation, aspirant les déchets organiques lourds présents au fond du bassin. Les skimmers, œuvrant au ras de l’eau, aident également à nettoyer les impuretés que l’on trouve à la surface de l’eau.

Au niveau de l’alimentation, il est possible de placer la pompe directement dans l’eau, en mode pompage, ou de l’installer à l’extérieur de la piscine, en mode gravitaire.

La filtration biologique

Le bassin de filtration et régénération de l’eau doit représenter une surface d’au moins 50 % de celle destinée à la baignade. La filtration s’appuie sur trois éléments principaux : les bactéries, les minéraux et les végétaux. Ce trio permet d’épurer et d’oxygéner l’eau.

La filtration multichambre

Comme son nom l’indique, cette solution se base donc sur les deux techniques : mécanique et biologique. C’est le procédé le plus couramment utilisé pour les piscines écologiques. Le parcours de filtration pourrait ainsi être résumé : l’eau sort de l’espace de baignade grâce à la pompe, traverse un filtre fin captant les polluants de surface, puis va du bassin d’épuration au bassin d’oxygénation, avant d’être ramenée dans la zone de baignade.

Ce cycle est continu et préserve l’équilibre de l’environnement. Pour vous aider à mettre en place un tel système, orientez-vous vers un pisciniste spécialisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *